Comment apprendre le référencement naturel ?

Depuis les nouvelles dispositions mises en place par Google pour dépoussiérer son moteur de recherche, le référencement est devenu le nouveau Graal des sociétés du web.
Il est fini le temps où quelques mots-clés bien placés et des balises meta optimisées garantissaient à un site de s’afficher dans les premiers résultats de Google. 
Il ne suffit donc plus d’avoir un super site-vitrine ou de e-commerce, encore faut-il qu’il soit optimisé Seo (Search Engine Optimisation) tant du point de vue du contenu éditorial que de tous les aspects techniques.
Vous avez envie de gérer vous-mêmes le référencement de votre site ? Qu’il arrive dans les premiers résultats de Google ?
Si le chemin paraît long, il existe peut-être, néanmoins, quelques moyens d’apprendre par soi-même. Voici quelques pistes pour se former soi-même au référencement naturel. Mais se confronter à l’algorithme Google n’est pas de tout repos. Loin de là.
Cependant, avant toute démarche visant à multiplier les sources de trafic sur votre site, il vous faut évaluer précisément votre niveau technique.
Si des termes comme pagerank, balise meta, header, optimisation du crawl ne vous disent pas grand-chose...
Si vous n’avez que peu de notions de codes sources, d’HTML ou de Javascript...
Si pour vous Pinguin et Panda ne sont que les noms de jolis animaux...
Alors la route de l’apprentissage sera (très) longue.
Autre étape indissociable de l’analyse de votre niveau : le but recherché. 
En effet, refaire le maillage interne d’un site ne demande pas les mêmes compétences que mettre en place un référencement local
Réfléchir sur une stratégie de marketing digitale globale demande plus de notions techniques que la création de contenu web de qualité.

Des livres oui, mais lesquels ?

Tout d’abord, on peut envisager un apprentissage « à l’ancienne » : dans les livres.
Si certains livres de formation au référencement prétendent s’adresser à des débutants, il ne faut pas se mentir, la notion de débutant des rédacteurs est souvent aléatoire.
En effet, quand on choisit un livre, il vaut mieux choisir celui d’un spécialiste. Ici nous parlons donc d’un pro de l’informatique. C’est-à-dire quelqu’un d’hyper-qualifié en SEO mais pas forcément en pédagogie… Vous risquez donc, pauvre débutant, d’être un peu perdu. 
Ou alors déçu par les résultats.
En effet, les livres pour débutants peuvent survoler les différents aspects de l’optimisation sans rentrer dans le « dur ». Ils proposent une approche générale des enjeux mais s’adressent aux non-techniciens. 
Même pour les débutants, une connaissance en langage HTML, fût-elle rudimentaire, est toutefois obligatoire. 
Mais comme optimiser son site est devenu une affaire de techniciens, les résultats de vos manipulations risquent de peu porter de fruits.
En revanche, ils permettent de mieux comprendre les enjeux et les processus d’une optimisation réussie.
Si vous êtes à l’aise avec les langages informatiques ou que vous avez déjà une expérience en référencement, vous pourrez trouver le livre qu’il vous faut. À condition de bien le choisir.
N’hésitez pas, allez directement chercher les ouvrages des « papes » du référencement comme Olivier Andrieu. De ceux qui se sont fait un nom depuis longtemps. Ils ont tous écrit un guide complet, souvent actualisé et enrichi tous les ans.
Veillez quand même bien à ce que le livre parle des deux domaines d’intervention d’un expert SEO : le on-site (arborescence du site, maillage, etc) et le off-site (netlinking, échange de liens de qualité, référencement dans les annuaires spécialisés, etc).
Et surtout que l’ouvrage aborde le rôle-clé... des mots-clés, bref l’importance d’un contenu éditorial orienté SEO.

Sites, blogs, forums et Cie

Vous êtes plus adepte d’un apprentissage en ligne ?
Pas de problème, les sites sur le référencement naturel sont très nombreux. Et les blogs spécialisés aussi.
Ils sont d’ailleurs souvent tenus par les auteurs de livres dont on parlait ci-dessus.
L’avantage est que vous pouvez choisir de vous former dans le domaine le plus pointu que vous souhaitez.
Si vous connaissez sur le bout des doigts les techniques SEO, dirigez-vous donc vers un site qui parlera de la création de contenu et de web marketing.
Si au contraire vous sentez qu’il vous faut une aide sur le plan technique, de multiples astuces fleurissent sur le web. 
Vous trouverez des articles pointus orientés codes sources, link building ou sur un aspect particulier comme l’optimisation du sitemap ou le responsive design (faire en sorte que votre site soit lisible sur tous les supports, sans perte du ranking).
Voire très spécialisés sur un seul thème, par exemple le SMO ou Social Media Optimization (optimisation sur les réseaux sociaux).
Il existe aussi des dictionnaires orientés SEO pour vous permettre de mieux comprendre les articles les plus pointus.
Là aussi, il faudra bien choisir ses sources d’informations. 
Suivre un article de blog sorti de nulle part n’est peut-être pas une bonne idée, pensez à croiser les sources d’informations.
En effet, une astuce « limite » peut vous faire passer pour un black hat (qui utilise des techniques de référencement proscrites). Votre site risque d’en être pénalisé. Idem pour le duplicate content : Google n’aime pas les « copier/coller ». 
Enfin, si l’anglais ne vous rebute pas, des MOOC en ligne spécial SEO sont assez complets.
N’hésitez pas à multiplier les sources sur un même thème. Car une solution efficace pour référencer un site correctement ne sera pas optimisée pour un autre.
Nous l’avons vu, les champs d’intervention pour gagner en trafic (et donc en notoriété ou en clientèle) sont très nombreux. Il faut tous les connaître.
Idem pour le contenu : pour un rédactionnel optimisé SEO, on peut s’aider d’outils gratuits… Mais qui seront nettement moins efficaces que leur équivalent payant.

Suivre une formation en référencement naturel

Évidement, comme l’optimisation est devenue incontournable après le coup de balai de Google, les formations en référencement naturel ont le vent en poupe.
Mais comment trouver la bonne formation ?
Souvent, ce sont les agences SEO elles-mêmes qui proposent des solutions de formation comprenant, en gros, deux volets : comprendre les bonnes pratiques d’optimisation et acquérir une bonne connaissance des logiciels spécialisés.
Encore une fois, le chemin peut être long pour choisir la formation qu’il vous faut.
Le « petit plus » de certaines formations : elles proposent de travailler sur un cas pratique, le vôtre !
Mais surtout ne négligez pas l’aspect financier. 
Non seulement une formation SEO peut être onéreuse, mais elle prend aussi du temps. 
Car l’intervention d’un bon professionnel SEO pédagogue coûte cher.
Si vous voulez augmenter le trafic sur votre site, c’est avant tout pour trouver des clients, gagner des parts de marché et donc du chiffre d’affaires. 
Or pour une petite entreprise, ce genre de formation peut coûter cher en temps et en argent.
Alors pourquoi ne pas laisser faire des professionnels ?
En fait, LA question que vous devez vous poser c’est : « ai-je le temps de m’en occuper ? ».
Si nous reprenons le déroulement d’une optimisation réussie, vous pouvez toucher du doigt non seulement la complexité d’un référencement réussi mais aussi sa durée.
Tout d’abord, il faut faire une étude de marché des mots-clés, identifier ceux qui marchent et ceux qui vous pénalisent. Et analyser comment fonctionne la concurrence.
Ensuite, deux audit sont à mettre en place : un audit sémantique et un audit technique.
L’audit sémantique débouchera sur une vraie stratégie de contenu visant à être indexé efficacement par les moteurs de recherche. Il faut utiliser les bons mots pour que Google les trouve ; cela paraît facile mais faire la différence entre les mots-clés prioritaires et ceux de longue traîne n’est pas chose aisée. Les agences SEO possèdent souvent un spécialiste de la rédaction web en leur sein.
Ensuite vient le fameux audit technique pour maximiser votre visibilité par les robots de Google.
Un professionnel SEO vous dira s’il faut prévoir une totale refonte de site ou si un léger travail pour optimiser la structure de son maillage interne peut suffire. Le nettoyage des codes sources est un passage obligé : le temps de chargement d’une page, par exemple, impacte directement le pagerank (note de la page donnée par Google).
Ensuite, place au netlinking : une analyse fine des liens entrants, qui eux aussi peuvent vous porter dans les premiers résultats ou vous faire plonger dans les tréfonds du web.
Enfin, à ne pas négliger, bien au contraire, il faut garder à l’esprit qu’un bon référencement prend du temps. Les experts feront une veille SEO personnalisée et peuvent vous proposer une stratégie digitale sur le long terme. Suivre le rythme des algorithmes de Google mobilise beaucoup de ressources.
Pour de bons retours sur investissement, confier le référencement de son site vitrine ou de son site marchand semble être LA solution, selon beaucoup d’études, moins coûteuse que le référencement payant proposé par Google mais surtout plus efficace sur le long terme.